TERRE

En 1995, de retour d’un long voyage en Casamance, je me demandais comment pouvoir rendre quelque chose en échange du riz, du couvert, de la protection, de l’accompagnement, du vin de palme, de la douceur, des cours de pirogue et des heures à pêcher le poisson-docteur avec Kassinda. Une amie m’a dit d’aller voir Yuichi Kawada Sensei. Rencontre déterminante avec un maître bienveillant. Guérison par contagion. Faire confiance à l’invisible, au silence, à la durée. Des années plus tard, Serpent-Balance, je masse, en Belgique et à l’étranger. Je rends ici à d’autres peaux le soleil que j’ai reçu là-bas.


MASSAGE TRADITIONNEL THAÏLANDAIS

Le massage-yoga thaïlandais est un enchaînement de techniques d’étirement, de poses de yoga, de mobilisations articulaires et de bercements rythmés combinés à un travail sur certaines lignes d’énergie dites “Sen” et sur des points d’acupression. C'est un massage à la fois relaxant et tonifiant qui se reçoit habillé sur un épais matelas de sol.

Ce massage s'adresse à toute personne désireuse d’expérimenter les bienfaits de cet art traditionnel pratiqué depuis des millénaires en Thaïlande, dans l’enceinte des temples bouddhistes et aujourd’hui dans des salons principalement fréquentés par la population locale. Le massage fait partie de l’hygiène de vie thaï et n’est pas à confondre avec les « services spéciaux » offerts aux adeptes du tourisme sexuel qui parcourent ce pays.

Un entretien préliminaire à la séance permet de cerner les besoins, les attentes et les éventuelles contre-indications, et d’adapter le travail à chaque cas particulier grâce à un vaste répertoire de postures et de gestes. Aucune souplesse particulière n'est demandée, mais les praticiens d’arts martiaux, les yogis, les danseurs ou les praticiens d’autres disciplines similaires pourront y trouver de belles correspondances avec leur pratique. Une séance dure normalement entre une heure et demie et deux heures.





EAU

La première séance de Watsu que j’ai reçue de mon amie Cathy m’a fait l’effet d’une révélation. Interminable fou rire. Vaguelettes. Joie profonde. Une évidence qui débarque comme un grand coup de tampon sur le front. La pratique du Watsu et du Wata me permet aujourd’hui de combiner mon goût pour le massage, mon expérience du mouvement et de la danse et mon besoin vital d’être dans l’eau.


WATSU

Le Watsu® (Water Shiatsu) est une technique de relaxation aquatique mise au point au début des années 1980 dans les piscines naturelles de Harbin Hot Springs en Californie. La séance se reçoit en maillot dans une piscine privée dont l'eau très peu chlorée y est chauffée à 34°C. Le Watsu combine différentes formes de toucher et de massage à des étirements et des mobilisations de la colonne et des articulations. L'eau chaude favorise la circulation et la fluidification de l'énergie, en plus d’aider à soulager de nombreuses tensions d'ordre physique, psychologique ou émotionnel.

L'intimité privilégiée qui se crée le temps d'une séance permet de (re)trouver ou d'accroître la conscience de soi et la confiance en soi, en l’eau et en l’autre. Il n’est pas nécessaire de savoir nager. Au cours d'une séance de Watsu la nuque est soutenue en permanence et le visage n'est jamais immergé.




WATA

Le Wata ou Waterdance® (Wasser Tanz / Danse aquatique) s’apparente au Watsu mais comporte une partie en apnée au cours de laquelle le receveur, muni d'un pince-nez, est emmené très progressivement sous l'eau pour une véritable séance “en trois dimensions” qui inclut une prise de conscience active de la respiration et une exploration en douceur du lâcher-prise.

Aucune capacité pulmonaire minimale n'est requise... et, comme pour le Watsu, il n'est pas nécessaire de savoir nager. Une séance dure en moyenne une heure et demie (douche et entretien inclus).




" C’était comme un bâillement. J’aimais le bien-être, les yeux clos et les doux voyages sur cette eau qui balayait les obstacles, cette eau qui nous portait comme une poitrine colossale, cette eau, toujours là, pour notre repos, et qui transmettait vies et amours, mots et pensées.(…)

TRES EN-DESSOUS DU NIVEAU DES TEMPÊTES, JE DORMAIS. JE ME MOUVAIS A L’INTERIEUR DES SONS ET DES TEINTES COMME EN UN DIAMANT-DE-MER.

Là, nul flot de pensées, mais seulement la caresse de l’onde et du désir se mêlant, se touchant, fluant et refluant, courant – INFINIE PROFONDEUR DE LA PAIX. "

(Anaïs Nin)


 
© Na Se Kala - Contact - webdesign: Cas-P.net